Produits sélectionnés

Un parfum naturel autour d'une matière première - atelier découverte
Un parfum naturel autour d'une matière première - atelier découverte

Autour d'une matière première naturelle... un parfum, votre création.

Le dimanche 12 juin 2016, de 14h à 18h, au 49 rue de Marseille, Lyon 7ème, prévoir un dépassement horaire.

Cet atelier sera également programmé le samedi 1er avril 2017 et le dimanche 11 juin 2017.

A partir de 69.00 €

Deux jours pour découvrir l'univers des parfums naturels et bio - formation individuelle
Deux jours pour découvrir l'univers des parfums naturels et bio - formation individuelle

Un stage individuel de 2 jours, pour approcher l'univers des parfums naturels et biologiques.


Bon cadeau pour un atelier de création de parfums naturels d'une demi-journée
Bon cadeau pour un atelier de création de parfums naturels d'une demi-journée

Ce bon cadeau permet à son bénéficiaire de participer à un atelier de parfums naturels d'une demi-journée sur le thème de son choix.


Atelier expérimental de peinture parfumée
Atelier expérimental de peinture parfumée

Le dimanche 3 juillet 2016 après-midi se déroulera, à Lyon, un atelier expérimental exceptionnel de peinture parfumée, nommé "senteurs pigmentées" et mêlant pigments et parfums naturels.


Atelier de création d'un parfum naturel de type boisé
Atelier de création d'un parfum naturel de type boisé

Atelier de création d'un parfum naturel de type boisé le samedi 2 juillet 2016 de 14h à 18h00.

Cet atelier de découverte de la parfumerie naturelle sur la base de senteurs boisées est également programmé le samedi 8 octobre 2016, le samedi 14 janvier 2017 et le samedi 8 juillet 2017.

 

 

A partir de 69.00 €

Atelier d'initiation à la parfumerie naturelle en duo à Lyon
Atelier d'initiation à la parfumerie naturelle en duo à Lyon

Une introduction à la parfumerie naturelle à deux, avec un/amie, un parent, la personne aimée..., au centre culturel Artesya, 49 rue de Marseille dans le septième arrondissement de Lyon.

La date et le thème que vous voyez s'afficher dans les menus ne sont là qu'à titre d'exemple. Pour que votre thème et votre date apparaissent dans les menus de cette fiche produit, nous avons besoin d'une prise de contact préalable.

A partir de 138.00 €


Actualités du blog

Les Parfumeurs Amateurs co-animeront un atelier de peinture parfumée avec l'association Rose des Arts

Il y a un an, je rencontrais Roseline Giorgis, cultivatrice de roses centifolia à la fibre artistique et écologique, fille de parfumeur et productrice d'une absolue de rose centifolia 100% made in France.

Je lui consacrais un article sur mon blog :

http://www.parfumeurs-amateurs.com/post/interview-de-roseline-giorgis-cultivatrice-de-roses-centifolia-baptistine-a-l-isle-sur-la-sorgue-productrice-d-absolue-et-d-hydrolat-aromatique

Nous vons sympathisé, et l'envie est née de réaliser une activité ensemble.

Roseline m'a proposé d'intervenir lors des rendez-vous aux jardins les 3, 4 et 5 Juin 2016, initiés par le Ministère de la Culture.

Le thème de l'année étant les couleurs du jardin, elle m'a proposé de concevoir et de co-animer avec elle une activité de loisirs insolite : un atelier de peinture parfumée.

Pour Roseline, qui nous invite au coeur de ses Jardins de la Rose et du Parfumeur, les couleurs du jardin renvoient tout naturellement à ses senteurs.

Notre atelier se déroulera le samedi 4 juin 2016 de 14h à 17h aux jardins de la Rose et du Parfumeur, au 1268 chemin de Reydet, 84800 L'Isle-sur-la-Sorgue.

Paysage olfactif - peinture parfumée

Ci-dessus, "Paysage olfactif" de Roseline Giorgis, ou "le parfum de Gilles".

Pour créer nos peintures parfumées, nous sommes parties de l'olfactif, en sentant une sélection d'huiles essentielles et absolues incontournables de la parfumerie naturelle et en les associant, de la manière la plus spontanée possible, aux couleurs que leurs senteurs respectives nous évoquaient. Roseline a ensuite composé ses couleurs à l'aide d'ocres et autres pigments naturels. Puis nous sommes passées à la phase parfumage.

Dans l'atmosphère imprégnée des senteurs enchanteresses de nos premiers essais, la plasticienne n'a pas pu résister et s'est mise à peindre. Petit à petit, elle a donné naissance à 28 toiles, 28 "carrés d'expression" qu'elle s'amuse à relier dans des ordres à chaque fois différents pour construire ce qu'elle nomme un "paysage olfactif". Ces toiles de peinture parfumée seront exposées aux Jardins de la Rose et du Parfumeur du 3 au 5 juin prochains, venez nombreux !

Paysage olfactif - peinture parfumée - Cannelle     Paysage olfactif - peinture parfumée - Labdanum     Paysage olfactif - peinture parfumée - Jasmin Sambac

Ci-dessus : Paysage olfactif peint par Roseline Giorgis, carré d'expression de la cannelle, du labdanum et du jasmin Sambac.

Pour participer à notre atelier de peinture parfumée que Roseline qualifie de "senteurs pigmentées", nul besoin de s'être initié à la parfumerie auparavant, ni à la peinture ou au dessin. L'idée est de partager un moment créatif expérimental et de se laisser aller à l'instant présent.

Les participants auront à leur disposition une toile de 40 cm par 40 cm sur laquelle ils pourront laisser s'exprimer leur créativité, et avec laquelle ils pourront repartir.

J'ai ajouté à la fin de cet article quelques liens vous permettant d'accéder au détail des activités proposées par les Jardins de la Rose et du Parfumeur au cours des Rendez-Vous aux Jardins les 3, 4 et 5 juin 2016.

La seconde dénomination de la rose centifolia est la Rose de Mai : cela aide à comprendre à quel point Roseline est occupée aux jardins ces jours-ci, aussi n'hésitez pas à utiliser mes coordonnées pour avoir plus de renseignements.

 

Ce qui me met en joie, c'est que je viens d'avoir la confirmation que Roseline accepte de venir à Lyon co-animer le même atelier dans les locaux des Parfumeurs Amateurs, au centre culturel Artesya, le dimanche 3 juillet 2016 après-midi.

Les Auvergno-Rhônalpins pourront donc expérimenter cette activité de découverte où les sens olfactif et visuel s'unissent, sans se déplacer en région PACA pour autant !

Vous pouvez d'ores et déjà vous renseigner et réserver votre place via notre site internet en suivant ce lien :

http://www.parfumeurs-amateurs.com/product/atelier-experimental-de-peinture-parfumee-parfum-naturel-pigments-naturels

A très bientôt !

 

En cliquant ici vous trouverez une présentation plus détaillée des Rendez-Vous aux Jardins, à l'Isle sur la Sorgue, dans les jardins de Rose des Arts.

 


Atelier expérimental de peinture parfumée Atelier expérimental de peinture parfumée
69.00 €



Quelques nouvelles des ateliers olfactifs 2016-2017 à Lyon

Cerisier dans la nuit avril 2016 1 lumineuse

En cette veille de 1er mai, parlons un peu de la pluie et du beau temps.

Nous avons cherché l'hiver une grande partie de l'hiver, nous qui sommes habitués à un climat dauphinois plutôt rude. Ce temps mitigé nous a accompagnés jusqu'à maintenant, et nous sommes passés en douceur d'un hiver tempéré à un printemps en demi-teinte.

Pourtant, les brins de muguet sont déjà prêts pour les rassemblements du 1er mai.

Une quinzaine de jours avant, j'étais descendue au jardin m'emplir de la douce senteur des fleurs de cerisiers, petits flocons de neige aux notes discrètes, sur leur lit de feuilles vertes surgies d'un bois si sec que cela paraît incoyable.

L'envie m'a pris d'y retourner un soir avant de dormir, et de prendre quelques photos.

Il est temps de présenter la programmation des ateliers olfactifs lyonnais pour 2016-2017.

Cerisier dans la nuit avril 2016 2

 

  • Les dates des ateliers collectifs de création de parfums naturels en 2016-2017 sont déjà dans chaque fiche descriptive.

Les thèmes habituels sont renouvelés : ambré, floral, boisé, soliflore, oriental, Cologne, fougère, chypré.

D'autres séances sont proposées, parfois en commun avec les participants des ateliers à l'année :

 

Cerisier dans la nuit avril 2016 3

 

  • L'atelier à l'année, groupe première année, tient compte de vos remarques et évolue :

Toujours une séance par mois, mais avec alternance de journées et de demi-journées.

Démarrage à 10h du matin pour les journées complètes, les demi-journées se déroulant l'après-midi.

De nouveaux supports pédagogiques pour un contenu maintenant l'essentiel.

Possibilité de démarrer hors planning collectif, à Lyon ou Sainte Blandine, en atelier individuel, jusqu'à janvier 2017. Participation modulable après.

Possibilité de rattraper toute séance manquée en atelier individuel, excepté si présence d'un intervenant extérieur.

Passerelles avec le groupe "perfectionnement" pour certaines séances.

Cerisier dans la nuit avril 2016 4

 

  • L'atelier à l'année, groupe perfectionnement, fête son premier anniversaire en octobre 2016 et poursuit son chemin.

Avec de nouveaux intervenants ponctuels et une ouverture de certaines séances à des participants ayant déjà suivi un atelier avec les Parfumeurs Amateurs.

Et toujours la possibilité d'intégrer des personnes ayant déjà suivi une introduction à la parfumerie naturelle ailleurs.

Cerisier dans la nuit avril 2016 5


Atelier de création de parfums naturels à l'année Atelier de création de parfums naturels à l'année
A partir de 198.00 €



Interview de Christophe Bernard, spécialiste du soin par les plantes et passionné de teintures-mères

J'espère que vous parcourrez et apprécierez la formidable mine d'informations que Christophe Bernard met à disposition du public sur son site internet. Qui plus est, nous oublions un peu les parfums pour faire un voyage au pays des plantes qui guérissent !

Un grand merci à Christophe pour ce partage.

 

Bonjour, pourriez-vous vous présenter ?

Je m'appelle Christophe Bernard et je suis herbaliste, un terme qui nous provient de l'anglais et qui signifie "thérapeute qui conseille les plantes", à contraster avec l'herboriste qui les vend. J'ai passé 15 ans de ma vie aux Etats-Unis où j'ai étudié les plantes. Je suis de retour en France depuis 2010 et je m'investis aujourd'hui dans de multiples activités. Je suis toujours thérapeute, mais j'acris aussi pour des magazines sur les plantes (Plantes et Santé, Plantes et Bien-Etre), j'enseigne à l'Ecole Lyonnaise des Plantes Médicinales et j'ai lancé un programme de formation en-ligne. Je cueille les plantes dans la nature et je les cultive dans mon jardin. Et bien plus encore, je me présente en détail sur mon site AltheaProvence où je partage mon expérience.

Christophe Bernard Althéa Provence

Qu'est-ce qui vous a amené(e) à vous intéresser aux teintures de plantes, et à les réaliser vous-mêmes ?

J'ai commencé comme thérapeute, mais je me suis très rapidement intéressé à toutes les étapes de récolte et transformation de la plante. J'ai donc exploré de nombreuses recettes, de la teinture au sirop, à la gélule, en passant par le macérat huileux, l'onguent et autre. La teinture est le procédé de transformation que j'ai le plus exploré pour la raison suivante. On se ballade un jour et on tombe sur un magnifique champ de millepertuis, ou d'arnica si vous habitez dans les montagnes, ou n'importe quelle autre médicinale. La plante est belle, pleine de vie. On en remplit un panier, et là, on se dit la chose suivante : "comment vais-je immortaliser cette force de la nature dans toute sa fraîcheur ?". Certes on peut faire sécher la plante, mais au plus elle reste sur une étagère, au plus elle perd ses constituants. La teinture nous permet d'immortaliser la plante et de garder sa vitalité pendant des années. C'est ça qui m'a séduit.

Vous souvenez-vous de la première teinture que vous avez réalisée ?

Cétait une teinture de millepertuis. Moment magique : de belles fleurs jaunes à peine cueillies, fraiches et juteuses à souhait. Un alcool de grain pur à 96°. La rencontre des deux est étonnante. Je place la plante dans un grand bocal, je verse l'alcool, et dans les minutes qui suivent, le jaune vif se transforme en rouge sang. Chimie, alchimie, transformation des couleurs, transfert des constituants. La plante donne, l'alcool reçoit et nous transfère l'énergie de la plante.

Teinture millepertuis photo Althea Provence

Photo : teinture de millepertuis (hypericum perforatum)

Ou avez-vous trouvé les informations / la formation pour vous guider ?

J'ai énormément défriché par moi-même, par mes expérimentations, par mes succès et mes erreurs. J'ai eu la chance de me reposer sur les épaules de géants, en particulier Michael Moore de la Southwest School of Botanical Medicine, qui a développé une base de savoir sur les teintures assez extraordinaire. Tout est partagé sur mon site, je suis contre la rétention d'information. De nombreux collègues m'ont dit "tu donnes trop, tu ne gardes rien pour toi, tu vas te faire dévaliser ton savoir". Je dis prenez, réappropriez-vous ce savoir, il n'est pas à moi. Réapprenez à fabriquer vos propres produits, reprenez votre santé en main.

Quelle source (livre, site internet, blog, stages...) recommanderiez-vous pour enrichir sa culture "teintures" ?

J'hésite à le dire car les lecteurs vont croire que je suis en train de faire ma propre promotion. Mais ceux qui me connaissent savent que je n'ai pas la grosse tête. Je dois dire que c'est probablement mon livre "recettes secrètes de mon herbaliste" et mon site AltheaProvence qui de loin donne le plus d'information du coté français.

Quels types de teintures faites-vous le plus souvent et dans quel but ?

Toutes les teintures que je fabrique ont un but thérapeutique pour moi ou mes proches. J'ai réalisé des centaines de teintures de plantes différentes, fraiches ou sèches. Celle que je fais le plus souvent est celle d'échinacée car je cultive la plante et je peux préparer une teinture de racines fraiches pour passer un hiver sans trop de problèmes. La plante est une excellente stimulante du système immunitaire.

Echinacée pourpre la fleur   Echinacée pourpre racines   Echinacée pourpre teinture de racines

Photos : échinacée pourpre (echinacea purpurea), la fleur, la racine, et la teinture de racines.            

Olfactivement, quelle est votre teinture préférée ?

Il y en a plusieurs et j'aurais bien du mal à trancher. La teinture de mélisse fraiche, de matricaire fraiche, de basilic sacré frais, et de monarde rouge pour n'en citer que quatre.

Pourriez-vous nous raconter votre recette...

Pour la plante fraiche, je suis une méthode assez traditionnelle qui consiste à rajouter 200 ml d'alcool variant entre 75° et 90° pour la plante fraiche (selon le degré d'humidité) pour chaque 100 g de plante coupée finement. La macération dure une dizaine de jours, une durée suffisante pour que l'alcool ait fait son travail de déshydratation sur les cellules de la plante qui sont gorgées de jus.

Verveine coupée pour teinture Althéa

Photo : verveine (verbena officinalis) coupée finement avant teinture

Pourriez-vous SVP détailler la notion de degré d'humidité et de % d'alcool en fonction (ou un lien direct vers une page de votre site ?)

Au plus une plante est fraichement coupée, au plus elle contient de l'humidité dans ses cellules. L'alcool ayant un effet déshydratant très fort, cette eau va être irrésistiblement attirée par l'alcool, les cellules de la plante vont s'ouvrir et le précieux liquide va se retrouver dans l'alcool. Par contre, la quantité d'eau va diluer l'alcool et donc faire baisser son pouvoir d'extraction. Au plus la plante est fraiche, au plus le degré d'alcool doit être élevé. En suivant les proportions indiquées sur mon site, c'est à dire 200 mL d'alcool pour 100 g de plante, il nous faut un alcool au moins à 80° pour la plante fraiche, parfois 90° pour une plante très juteuse.

Résines, aliments, plantes plus ou moins sèches, alcool plus ou moins fort, durée de macération, renouvellement, filtrage, conservation, etc. Pas si simple... Quels conseils donneriez-vous à un débutant pour gâcher le moins de matière possible ?

Une grande partie de mon site est consacrée à répondre à ce genre de questions. Je vous invite donc à aller l'explorer. J'explique les techniques de macération de la plante sèche ou fraiche, j'ai des tables spécifiant le degré d'alcool en fonction du taux de résine de la plante, j'explique la technique de percolation de la plante sèche, j'explique la fabrication d'un extrait fluide, 5 fois plus concentré qu'une teinture. Bref, il y a de quoi passer quelques week ends ! Plus d'informations ici :

http://www.altheaprovence.com/produits produits -a-base-plantes/                                                   

Mini presse végétaux teintures Althéa Provence          Filtre Althéa Provence interview Christophe Bernard

Photos : la presse et le filtre

Dans quels types de préparation utilisez-vous vos teintures ? Et dans quelles proportions ?

Je les utilise pure dans un peu d'eau, en interne ou appliquées en externe pour certains problèmes articulaires ou musculaires.

Une petite recette ?

Un excellent mélange pour les problèmes de retour veineux. Mélangez dans un flacon compte goutte :

  • 20% de teinture de marron d'inde
  • 20% de teinture d'hamamélis
  • 30% de teinture de fragon
  • 30% de teinture de vigne rouge

Prenez 30 gouttes dans un peu d'eau 2 à 3 fois par jour lorsque vous avez des problèmes de jambes lourdes, pendant les jours chauds par exemple.

Fragon teinture Althéa Christophe Bernard

Photo de fragon

Comment vous suivre sur internet ?

Abonnez-vous à la lettre d’information qui se trouve dans la barre de droite du site ici :

http://www.altheaprovence.com

Les photographies de cet article ne sont pas libres de droits, elles proviennent du site http://www.altheaprovence.com avec l’aimable autorisation de Christophe que nous remercions.


Interview de Maxine Hyndman, blogueuse passionnée de parfums et de teintures

Bonjour, pourriez-vous vous présenter ?

­­­Je m'appelle Maxine Hyndman et l'une des nombreuses choses que j'ai décidé d'apprendre est la fabrication des parfums - pas ceux qui sentent des odeurs d'aromathérapie, mais de vrais parfums, ainsi, je me suis inscrite au cours en ligne de deux ans dispensé par la Perfumery Art School.

Portrait de Maxine HyndmanMaxine

Qu'est-ce qui vous a amenée à vous intéresser aux teintures de plantes, et à les réaliser vous-mêmes ?

Hmmm, je dois y réfléchir un petit peu... Eh bien je dirais qu'au démarrage, ma seule préoccupation était de commencer à sentir des tas de choses et comme je n'avais pas les moyens d'acheter tout ce que je m'étais fixé, je devais faire preuve de patience en les acquérant petit à petit, et pendant que j'attendais que mes commandes arrivent ou que mes finances me permettent d'avancer, j'ai décidé d'utiliser tout ce qu'il y avait autour de moi. Comme j'ai la chance de vivre dans les Alpes, j'ai trouvé beaucoup de matières premières avec lesquelles ont commencé mes premières expérimentations !

Vous souvenez-vous de la première teinture que vous avez réalisée ?

Assurément, c'était un morceau de résine que mon mari avait gardé dans la voiture et qu'il envisageait utiliser comme un chewing gum de temps à autre. Un jour, alors que nous étions sur la route, je l'ai vu et j'ai eu la folle idée de démarrer une teinture et puisqu'aucun de nous ne connaissait la provenance de cette résine, sa teinture est maintenant nommée "Résine Inconnue".

Où avez-vous trouvé les informations / la formation pour vous guider ?

A l'origine, j'étais juste guidée par ma curiosité et le désir de commencer à sentir et à apprendre, mais l'Ecole m'a procuré les supports et le courage de continuer.

Quelle source (livre, site internet, blog, stages...) recommanderiez-vous pour enrichir sa culture "teintures" ?

Le portail Basenotes, consacré au parfum, fut et demeure immensément utile et j'y ai trouvé, au sein du forum sur la confection des parfums, quelqu'un qui s'est focalisé sur les teintures et qui dispose d'un riche savoir et d'une large expérience. J'ai aussi trouvé quelques recettes que j'apprécie vraiment sur le site d'Hermitage, j'ignore si elle y est encore mais il avait posté une merveilleuse recette de teinture de vanille qui est juste E X T R A O R D I N A I R E ! Je l'ai légèrement rectifiée pour suivre mes propres goûts. Et un autre blog qui procure beaucoup d'informations est http://tambella.com/blog/

Quels types de teintures faites-vous le plus souvent et dans quel but ?

Je ne fais pas mes parfums depuis suffisamment longtemps pour en avoir refait un à nouveau, de ce fait j'ai beaucoup de teintures différentes car j'aime essayer beaucoup de matières différentes.

Olfactivement, quelle est votre teinture préférée ?

Je suis totalement amoureuse de mes teintures d'ambre gris et de résine de mélèze, mais la meilleure de toutes est ma teinture de thé Lapsang Souchong.

Maxine et sa teinture de thé Lapsang Souchong

Photo : la teinture de thé Lapsang Souchong de Maxine

Pourriez-vous nous raconter votre recette...

En voici une très simple : 50 grammes de thé Lapsang Souchong dans 100 grammes d'alcool 96° pur grain. J'ai fait le mélange le 26 août et filtré le 18 décembre 2013 et l'odeur est simplement magnifique !

Résines, aliments, plantes plus ou moins sèches, alcool plus ou moins fort, durée de macération, renouvellement, filtrage, conservation, etc. Pas si simple... Quels conseils donneriez-vous à un débutant pour gâcher le moins de matière possible ?

Avant tout, reconnaissons que gâcher certaines matières premières précieuses fait partie du processus d'apprentissage, que ceci ne peut pas être évité si nous prévoyons d'apprendre. Oui cette activité est onéreuse, je dois être honnête. Mais on peut éviter certaines erreurs par des recherches appropriées, en suivant une formation basique bien ciblée, peu importe par quel moyen, grâce à un process (que j'ai acquis grâce à l'Ecole) que l'on s'appropriera, et qui inclura des éléments sur les proportions afin d'éviter trop de tâtonnements inutiles, ainsi que l'acquisition du matériel adéquat tel qu'une balance à 0.01 gramme voire 0.001 gramme de précision. Puis prendre le pli de toujours tout peser dès le départ.

 

La teinture d'ambre gris de MaxineLes petits cailloux d'ambre gris de Maxine

 

 

 

 

 

 

Photos : la teinture d'ambre gris de Maxine, avant et après.

 

Dans quels types de préparation utilisez-vous vos teintures ? Et dans quelles proportions ?

Typiquement, je ne prendrais pas plus de 20 grammes de matière première -entre 10 et 20 grammes, c'est l'idéal- dans 50 mL d'alcool, car si vous n'aimez pas, vous n'aurez pas gaspillé beaucoup de matière, tout en ayant tenu compte des pertes d'une partie de la teinture au cours du process de filtrage.

Une petite recette ?

J'ai pesé 40 grammes de maté et additionné 125 mL d'alcool mais le thé a fini par absorber tout l'alcool donc j'ai doublé l'alcool en allant jusqu'à 250 mL pour obtenir une teinture superbement douce à 16% après 6 semaines.

Les teintures de maté et de riz basmati de Maxine

Photo : les teintures de maté et de riz Basmati de Maxine

Comment vous suivre sur internet ?

Vous pouvez me retrouver sur Her Two Scents www.hertwoscents.com

Les photographies de cet article proviennent du site www.hertwoscents.com avec l’aimable autorisation de Maxine que nous remercions.


Interview of Maxine Hyndman, blogger passionate for tinctures and perfumes

Please, could you introduce yourself ?

­­­My name is Maxine Hyndman and one of the many things I have decided to learn is how to make perfumes - not something that smells like aromatherapy but a real perfume and so I signed up for the online Perfumery Art School's two year online course.

Portrait de Maxine Hyndman

Maxine

What led you to plant tinctures, and to tincturing by yourself ?

Hmmm, I have to think about that one... well I would say that in the beginning I was obsessed to just begin smelling things and since I couldn't afford to purchase everything I set my sights on I had to wait and patiently gather them a bit at a time so while waiting for some shipments to arrive or the money to manifest I decided to use what I had around me and because I have the good fortune of living in the Alps there's a lot of raw materials to start experimenting with!

Do you remember the first tincture you have realized ?

I sure do, it was a piece of resin my husband had been keeping in the car that he would use as a chewing gum every once a while. One day while we were driving I saw him do it and got the mad idea to use that to start tincturing and since neither one of us knew the origins of the resin that tincture is now called "Resin Unknown".

Where did you find the information/training to guide you ?

Initially it was just my curiosity and desire to start smelling and learning that really guided me, but having the school as support was helpful in giving me the courage to continue.

What  information source  (book, website, blog, training) would  you  recommend for someone aspiring to enlarge his/her “tinctures” culture ?

The perfume portal Basenotes was and remains immensely useful and there I found someone in the perfume making forum that just focuses on tinctures and her wealth of knowledge and experience is large. I also found a couple recipes I really like on the Hermitage website, I'm not sure if it's still up there but he had posted a wonderful recipe for a Vanilla tincture that is out of this world wonderful! I changed it a bit to suit my own tastes. Another blog that has a lot of information is http://tambela.com/blog/.

What kind of tinctures do you realize most often and with which purpose ?

I haven't been making perfumes for so long to have made one specific one many times so I have many different types because I like to try lots of different things.

Olfactively, which one is your favorite tincture ?

I absolutely love my white Ambergris and my Larch resin tinctures but the best one is my Lapsang Souchong tea tincture.

Maxine et sa teinture de thé Lapsang Souchong

Photograph : the Lapsang Souchong tea tincture of Maxine

Could you give us your recipe ?

This is a really simple one: 50gr of Lapsang Souchong tea into 100gr of pure 96° grain alcohol. I miwed the tincture on August 26 and filtered it out on December 18th 2013 and the smell is simply gorgeous!

Resins, food, plants more or less dry, more ore less concentrated alcohol, macerating time, replacement, filtering, conservation, and so on… Not that simple… What would you advise to a beginner to avoid spoiling raw material?

First of all recognize that spoiling precious raw materials is a part of this learning process, it cannot be avoided if we are to learn. Yes, this is an expensive craft/hobby I have to be honest. But one can minimize the errors with proper research, some basic, sound education wherever you can get it, and a process (which I learned from the school) that is your own including the proper proportions every time so that you're not producing things as a hit and a miss ans the right tools like a good scale, one that measures in 0.01 or if you can afford it 0.001. Then commit yourself from the beginning to weigh EVERYTHING ALWAYS.

Les petits cailloux d'ambre gris de MaxineLa teinture d'ambre gris de Maxine

 

 

 

 

 

 

Photographs : white ambergris of Maxine, before and after tincturing

In which types of preparation do you use your tinctures ? And in which proportions ?

I typically wouldn't do more than 20gr of raw materials, between 10gr - 20gr is ideal in 50ml of alcohol because then if you don't like it you won't end up with a lot of wasted material and calculate that you will lose some of the tincture in the filtering process.

A little recipe ?

I weighed out 40gr of Mate tea and added 125ml of alcohol but the tea ended up soaking up all the alcohol so I doubled the alcohol to 250ml and ended up with a wonderfully, smooth 16% tincture after 6 weeks.

Les teintures de maté et de riz basmati de Maxine

Photographs : Mate tea and basmati rice tinctures of Maxine

How can we follow you on the web ?

You can check me out at Her Two Scents http://www.hertwoscents.com.

The photographs from this article come from http://www.hertwoscents.com with the courtesy of Maxine, thank you very much Maxine !

 


- page 1 de 9