mercredi 30 novembre 2016

Interview de Mani-Samouth, amatrice d'ethnobotanique, et exploration des plantes natives d'Asie du Sud-Est par la voie des teintures

Notre dernière interview sur les teintures de l'année 2016 se terminera par une invitation au voyage en Asie du Sud-Est, grâce à Mani-Samouth qui a eu l'amabilité de se prêter au jeu de notre questionnaire.

 

Bonjour, pourriez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m'appelle Mani Samouth et je suis originaire de Louang-Phrabang au Laos. J'ai une formation en Anthropologie et m'intéresse particulièrement à l'ethnobotanique.

 

Qu'est-ce qui vous a amenée à vous intéresser aux teintures de plantes, et à les réaliser vous-même ?

Ayant vécu dans plusieurs pays d'Asie,...

Lire la suite...


vendredi 25 mars 2016

Interview de Christophe Bernard, spécialiste du soin par les plantes et passionné de teintures-mères

J'espère que vous parcourrez et apprécierez la formidable mine d'informations que Christophe Bernard met à disposition du public sur son site internet. Qui plus est, nous oublions un peu les parfums pour faire un voyage au pays des plantes qui guérissent !

Un grand merci à Christophe pour ce partage.

 

Bonjour, pourriez-vous vous présenter ?

Je m'appelle Christophe Bernard et je suis herbaliste, un terme qui nous provient de l'anglais et qui signifie "thérapeute qui conseille les plantes", à contraster avec l'herboriste qui les vend. J'ai passé 15 ans de ma vie aux Etats-Unis où j'ai étudié les plantes. Je suis de retour en France depuis 2010 et je m'investis aujourd'hui dans de multiples activités. Je suis toujours thérapeute, mais j'acris aussi pour des magazines sur les plantes (Plantes et Santé, Plantes et Bien-Etre), j'enseigne à l'Ecole Lyonnaise des Plantes Médicinales et j'ai lancé un programme de formation en-ligne. Je cueille les plantes dans la nature et je les cultive dans mon jardin. Et bien plus encore, je me présente en détail sur mon site AltheaProvence où je partage mon expérience.

Lire la suite...


mardi 2 février 2016

Interview de Maxine Hyndman, blogueuse passionnée de parfums et de teintures

Bonjour, pourriez-vous vous présenter ?

­­­Je m'appelle Maxine Hyndman et l'une des nombreuses choses que j'ai décidé d'apprendre est la fabrication des parfums - pas ceux qui sentent des odeurs d'aromathérapie, mais de vrais parfums, ainsi, je me suis inscrite au cours en ligne de deux ans dispensé par la Perfumery Art School.

Portrait de Maxine HyndmanMaxine

Qu'est-ce qui vous a amenée à vous intéresser aux teintures de plantes, et à les réaliser vous-mêmes ?

Hmmm, je dois y réfléchir un petit peu... Eh bien je dirais qu'au démarrage, ma seule préoccupation était de commencer à sentir des tas de choses et comme je n'avais pas les moyens d'acheter tout ce que je m'étais fixé, je devais faire preuve de patience en les acquérant petit à petit, et pendant que j'attendais que mes commandes arrivent ou que mes finances me permettent d'avancer, j'ai décidé d'utiliser tout ce qu'il y avait autour de moi. Comme j'ai la chance de vivre dans les Alpes, j'ai trouvé beaucoup de matières premières avec lesquelles ont commencé mes premières expérimentations !

Vous souvenez-vous de la première teinture que vous avez réalisée ?

Assurément, c'était un morceau de résine que mon mari avait gardé dans la voiture et qu'il envisageait utiliser comme un chewing gum de temps à autre. Un jour, alors que nous étions sur la route, je l'ai vu et j'ai eu la folle idée de démarrer une teinture et puisqu'aucun de nous ne connaissait la provenance de cette résine, sa teinture est maintenant nommée "Résine Inconnue".

Où avez-vous trouvé les informations / la formation pour vous guider ?

A l'origine, j'étais juste guidée par ma curiosité et le désir de commencer à sentir et à apprendre, mais l'Ecole m'a procuré les supports et le courage de continuer.

Quelle source (livre, site internet, blog, stages...) recommanderiez-vous pour enrichir sa culture "teintures" ?

Le portail Basenotes, consacré au parfum, fut et demeure immensément utile et j'y ai trouvé, au sein du forum sur la confection des parfums, quelqu'un qui s'est focalisé sur les teintures et qui dispose d'un riche savoir et d'une large expérience. J'ai aussi trouvé quelques recettes que j'apprécie vraiment sur le site d'Hermitage, j'ignore si elle y est encore mais il avait posté une merveilleuse recette de teinture de vanille qui est juste E X T R A O R D I N A I R E ! Je l'ai légèrement rectifiée pour suivre mes propres goûts. Et un autre blog qui procure beaucoup d'informations est http://tambella.com/blog/

Quels types de teintures faites-vous le plus souvent et dans quel but ?

Je ne fais pas mes parfums depuis suffisamment longtemps pour en avoir refait un à nouveau, de ce fait j'ai beaucoup de teintures différentes car j'aime essayer beaucoup de matières différentes.

Olfactivement, quelle est votre teinture préférée ?

Je suis totalement amoureuse de mes teintures d'ambre gris et de résine de mélèze, mais la meilleure de toutes est ma teinture de thé Lapsang Souchong.

Maxine et sa teinture de thé Lapsang Souchong

Photo : la teinture de thé Lapsang Souchong de Maxine

Pourriez-vous nous raconter votre recette...

En voici une très simple : 50 grammes de thé Lapsang Souchong dans 100 grammes d'alcool 96° pur grain. J'ai fait le mélange le 26 août et filtré le 18 décembre 2013 et l'odeur est simplement magnifique !

Résines, aliments, plantes plus ou moins sèches, alcool plus ou moins fort, durée de macération, renouvellement, filtrage, conservation, etc. Pas si simple... Quels conseils donneriez-vous à un débutant pour gâcher le moins de matière possible ?

Avant tout, reconnaissons que gâcher certaines matières premières précieuses fait partie du processus d'apprentissage, que ceci ne peut pas être évité si nous prévoyons d'apprendre. Oui cette activité est onéreuse, je dois être honnête. Mais on peut éviter certaines erreurs par des recherches appropriées, en suivant une formation basique bien ciblée, peu importe par quel moyen, grâce à un process (que j'ai acquis grâce à l'Ecole) que l'on s'appropriera, et qui inclura des éléments sur les proportions afin d'éviter trop de tâtonnements inutiles, ainsi que l'acquisition du matériel adéquat tel qu'une balance à 0.01 gramme voire 0.001 gramme de précision. Puis prendre le pli de toujours tout peser dès le départ.

 

La teinture d'ambre gris de MaxineLes petits cailloux d'ambre gris de Maxine

 

 

 

 

 

 

Photos : la teinture d'ambre gris de Maxine, avant et après.

 

Dans quels types de préparation utilisez-vous vos teintures ? Et dans quelles proportions ?

Typiquement, je ne prendrais pas plus de 20 grammes de matière première -entre 10 et 20 grammes, c'est l'idéal- dans 50 mL d'alcool, car si vous n'aimez pas, vous n'aurez pas gaspillé beaucoup de matière, tout en ayant tenu compte des pertes d'une partie de la teinture au cours du process de filtrage.

Une petite recette ?

J'ai pesé 40 grammes de maté et additionné 125 mL d'alcool mais le thé a fini par absorber tout l'alcool donc j'ai doublé l'alcool en allant jusqu'à 250 mL pour obtenir une teinture superbement douce à 16% après 6 semaines.

Les teintures de maté et de riz basmati de Maxine

Photo : les teintures de maté et de riz Basmati de Maxine

Comment vous suivre sur internet ?

Vous pouvez me retrouver sur Her Two Scents www.hertwoscents.com

Les photographies de cet article proviennent du site www.hertwoscents.com avec l’aimable autorisation de Maxine que nous remercions.


mercredi 27 janvier 2016

2016 commence, gardons éveillé l'enfant curieux et explorateur qui est en nous !

"Les Parfumeurs Amateurs" m'offrent une chance de partager ce qui embellit ma vie, en proposant au public ces moments d'écoute des senteurs et d'expérimentation que sont les escapades olfactives et les ateliers. Les années 2014 et 2015 m'ont permis d'aller à votre rencontre, avec ma palette de matières naturelles, mes "précieuses" aux notes parfois déroutantes d'authenticité. Cette aventure humaine est si exaltante que j'en redemande, j'ai encore tellement de projets, d'idées et d'envies !

Pour 2016, je souhaite rassembler sur ce blog des informations concernant les teintures, je vais contacter plusieurs blogueurs/blogueuses qui se sont intéressés à ce sujet, et se sont forcément frottés aux questions que je me pose aussi.

Une teinture ne fait pas un parfum, mais qui n'a pas essayé de tremper directement quelques grammes de je ne sais quoi (fleurs, résines, bois...) dans quelques millilitres d'eau, d'huile, alcool...  pendant x heures, jours, mois... pour voir ce que ça donne ? Et c'est en pratiquant que l'on commence à s'interroger sérieusement et qu'on réalise la complexité du processus d'extraction mis en oeuvre. Guidée par ma volonté de gâcher le moins de matière première possible, je suis en perpétuelle recherche d'informations (si rares) et de partages d'expériences, c'est pourquoi j'aimerais mettre en avant, grâce à une série d'interviews, ces personnes dont je trouve la contribution remarquable.

Suis-je seule à avoir ce ressenti ? Essayer de faire une teinture ne se résume pas, pour moi, à approcher les conditions idéales pour qu'un extrait de plante (ou d'autre chose qu'un végétal d'ailleurs) exhale l'odeur la plus ressemblante, originale, merveilleuse... C'est un peu comme si un lien se créait entre la plante et moi, et elle ne choisit pas toujours de se révéler docilement ! Mes cobayes me résistent, certains savent se montrer taciturnes, récalcitrants, olfactivement insolents voire odieux, mais d'autres parviennent à me surprendre, et enchantent mes petites narines. A moi de m'adapter, de tâtonner pour leur donner l'envie de se  livrer. Sans forcément en faire grand-chose de plus après, je sens mes petits trésors, je filtre ou je laisse macérer, je compte les heures, les jours, j'y reviens. Dans ma tête, la voix de la raison me dit qu'essayer d'apprivoiser les huiles essentielles et les absolues en vue de les accorder en un parfum est déjà une tâche bien suffisante, et qu'il serait plus sage de laisser ce champ expérimental à d'autres. Sauf que je ne m'y résous pas.

Au contraire, je souhaite explorer cette voie plus encore, quitte à squatter un petit peu le blog des Parfumeurs Amateurs ! Si vous souhaitez rendre accessible une documentation, ou une série d'expériences en lien avec les teintures de parfumerie, je vous propose de me contacter directement via le formulaire de contact : https://www.parfumeurs-amateurs.com/contact

Très bientôt, vous pourrez lire le premier témoignage, celui de Maxine, passionnée  par les parfums et les teintures.

Le parchemin des matières premières odorantes

Par ordre d'apparition  sur le parchemin : fève de Tonka, bois de Palo Santo, propolis de frêne, résine de Copal, gousse de vanille, rooïbls, racine d'iris en poudre, fève de cacao.